Nos conseils pour faire son compost

Aujourd’hui, de plus en plus de ménages s’initient au compostage, à la campagne comme à la ville. Ludique et gratifiant, faire du compost maison s’avère très profitable. D’ailleurs, c’est une action hautement respectueuse de l’environnement qui permet de réduire significativement ses déchets domestiques. Faire son compost permet en plus de bénéficier d’un excellent engrais bio, et ce, sans rien dépenser. Cette pratique n’a rien de sorcier et elle est à la portée de tous, même de ceux qui n’ont pas la « main verte ». Si vous vous posez la question « comment procéder pour faire son compost », nous vous invitons à découvrir tout de suite nos conseils pour vous lancer.

faire son compost

Faire son compost : choisir les bons « ingrédients »

Bien évidemment, pour fabriquer du compost (et du bon), il faut bien choisir les matières qui vont le composer. Effectivement, même si tous les déchets organiques sont compostables, ils le sont à différents degrés. Alors, que peut-on vraiment composter ? Pour les déchets de jardin, il y a les feuilles mortes, tontes de pelouse et tailles de haie. Mais aussi les fleurs et plantes fanées, branchages broyés, copeaux et sciures de bois.

Concernant les déchets de cuisine, vous pouvez éventuellement composter les épluchures, fanes, légumes et fruits abîmés. Il en va de même des sachets de thé et marcs de café avec filtre, croûtes de fromages et laitages. Sans oublier les restes de repas et de pain humidifié, broyats d’os, de noyaux, de coques de noix et de trognons de chou.

Quant aux déchets de la maison, il peut s’agir de mouchoirs en papier et cartons découpés en morceaux. Sans parler des cendres de bois, lambeaux de coton et de laine et journaux (sauf les périodiques illustrés).

Sélectionner les matériels adéquats pour fabriquer du compost

Pour ce qui est du matériel à utiliser, cela dépend avant tout de vos exigences. En effet, pour les petits jardins et les petits volumes de déchets, l’usage d’un composteur est à privilégier. Composteur en bois standard ou composteur avec trappe, c’est selon vos besoins et vos attentes. Par contre, pour les grands jardins et les grandes quantités de déchets, mieux vaut opter pour un compostage en tas. Rien ne vous empêche cependant de miser sur un silo à compost en acier et bois avec un grand volume. Vous souhaitez fabriquer du compost en intérieur ou sur votre balcon ? Dans ce cas, le lombricomposteur est ce qu’il vous faut. Bien sûr, il ne peut s’utiliser que pour une quantité limitée de déchets.

Composteur en bois

L’emplacement, un élément non négligeable pour faire du compost maison

Bien entendu, pour faire son compost, il est essentiel de favoriser un endroit qui offre les meilleures conditions possible. Dès lors, faites le choix d’un lieu suffisamment ombragé et protégé du soleil pour l’installation de votre composteur. Et cela, afin de sauvegarder l’humidité du compost à un niveau optimal. En outre, privilégiez un endroit facilement accessible, à l’abri du vent et des intempéries.

Par ailleurs, votre compost ne doit en aucune façon reposer sur une surface imperméable. Exit donc les surfaces en ciment ou en béton ! Décidez-vous ainsi pour de la terre, de préférence dans un espace plat. Il n’y a pas mieux pour garantir le drainage et la filtration de l’eau tout en favorisant la décomposition de la matière organique et de sa transformation en humus.

La composition du compost : une variable essentielle à prendre en compte

Pour ne rien rater de la fabrication de votre compost, misez sur le mélange de matières opposées. Pour cela, il suffit de réaliser un apport de :

  • 60 à 70 % de déchets azotés, verts et humides (épluchures de fruits et légumes, tontes de gazon, restes de repas, marc de café, etc.)
  • 30 à 40 % de déchets carbonés, bruns et secs (morceaux de papiers et de cartons, branches broyées, paille, feuilles mortes et sèches…)

En ce qui concerne le mélange proprement dit, deux options s’offrent à vous pour la réalisation de votre compost maison :

  • Brassage des déchets dès le départ
  • Structuration des déchets en couches minces alternées

À noter qu’il faut absolument éviter les apports uniques en grandes quantités.

L’importance d’une bonne aération pour faire son compost

Composteur-teinté-brun-Lign-extérieurAu moment de faire son compost, il est primordial d’apporter une aération optimale à la masse en compostage. Et pour cause, les micro-organismes, qui participent à la décomposition des déchets organiques, nécessitent de l’oxygène pour leur développement.

Aussi, pour parer à l’asphyxie de ces organismes auxiliaires, il ne faut surtout pas confiner votre compost dans un espace fermé. C’est pourquoi il convient de choisir un composteur en pin parfaitement bien ajouré.

Autres gestes à adopter pour contrôler l’aération de son compost :

  • Y ajouter des matières sèches et structurantes, à l’instar des déchets ligneux (feuilles mortes, débris de taille, écorces, branchages coupés…)
  • Le brasser régulièrement à la fourche (une fois par mois) que ce soit pour un compostage en tas ou en silo
  • Le retourner entièrement deux ou trois fois sur l’année pour homogénéiser le tout
  • Lors des apports, s’aider d’une petite griffe de jardin au moment d’étaler les déchets. Et ce, afin d’éviter que des masses compactes et humides propices à la fermentation se forment.

Un bon taux d’humidité pour un bon compost

Pour faire son compost, l’humidité constitue également un point crucial à prendre en considération. Alors, comment savoir si son compost a un taux d’humidité optimal ? Deux solutions sont possibles. D’une part, vous disposez d’un indicateur de niveau d’humidité. Dans ce cas, vous n’avez qu’à vérifier le taux qui figure sur l’appareil. S’il avoisine les 50-60 %, c’est la garantie que votre compost bénéficie d’une bonne humidité.

Sinon, vous pouvez vous servir du test du poing. Pour ce faire, prenez une poignée de compost dans votre main. Puis, refermez-la en serrant. Si le compost reste en forme tout en se détachant progressivement, c’est qu’il a une humidité adéquate. En revanche, s’il reste en bloc ou ne s’agglomère pas du tout, c’est qu’il est trop humide ou trop sec.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*